1 In Au quotidien/ Île de La Réunion/ Mon île

Ode à mon île, l’île de La Réunion

Cet article a été écrit en partenariat avec Francokaraibes. Je suis si reconnaissante et si touchée de pouvoir représenter ma chère île avec cet écrit. Ce texte est publié dans le cadre de «La Grande Dictée 2018-2019» qui est un «projet choral et rassembleur de promotion et de valorisation de la langue française qui s’appuie sur la littérature, les écrivains et les cultures de la France d’Outremer.» Cet hommage se déroulera pendant six mois et mettra à l’honneur les 13 territoires d’outre-mer. Pour découvrir la carte des escales de la Grande Dictée : cliquez ici.

Découvrez les escales de la Grande Dictée !

Mon Île bien aimée,

Lorsque ta ville de Saint-Louis entendit mon premier cri, aurait-elle songée un seul instant à tout l’amour que je te porterai un jour?

Bercée par les textes d’une chanson hymne à notre île de Jacqueline Farreyrol, je compris très tôt que tu étais unique, magique, fascinante quand j’écoutais ce refrain: « Mon île, tu ne viens pas d’une famille d’îles aux plages de palmiers, pas de filles aux colliers de fleurs, pour touristes en peine de cœur à l’ombre de tes cocotiers.»

Ton métissage si unique

J’ai grandi en apprenant que les couleurs de notre métissage ont le charme, la force et la diversité de celles de l’arc en Ciel. Ton nom, La Réunion, permet de ressentir en 7 lettres ce qu’aucune définition ne saurait faire comprendre de ton Histoire, celle qui fait la fierté des gens de ton peuple. Nous, Réunionnais, sommes fiers de nos origines multiraciales qui font couler dans nos veines un sang de tous les continents. Un véritable feu d’artifice ou cocktail de couleurs de peau, de langues, de cuisines, de religions, de cultures, de tenues vestimentaires, de paysages, de sourires qui permettent d’apprendre naturellement, dès notre plus jeune âge, l’une des valeurs essentielles de toute vie sur Terre: la tolérance. Nos classes d’écoles étaient tellement belles dans leur diversité ethnique que nos regards et nos cœurs ne font pas de différence entre yabs, cafres, malbars, zarabes, chinois, malgaches, français métropolitain… Car nous sommes tous un peu de tous. Notre lien si précieux ? Ta langue, ton créole.

Les religions se côtoient dans une harmonie mystérieuse qui permet de poser sans jugement nos regards sur clochers, minarets, temples Indous ou Chinois… Les différentes cultures font partie intégrante de nos jeunes vies. Difficile à croire qu’un endroit sur Terre puisse être une forme d’État embryonnaire de ce dont rêve l’humanité entière pour un futur lointain! Et pourtant notre Île c’est tout cela et bien plus encore.

Île d’été

Mon enfance a été tellement différente de celle des enfants qui vivent au-dessus du Tropique du Cancer. Car, en confidence, grandir dans tes bras, c’est grandir en été.

L’arrivée de ton été annonce la renaissance saisonnière d’arbres fruitiers qui vont faire exploser leurs multiples saveurs : letchis, longanis, bananes, papayes, fruits de la passion, goyaves, goyaviers, ananas, cocos, mangues, corossols… Il y a de quoi être heureux simplement à contempler ces fruits posés sur tes arbres comme des guirlandes de Noël.

L’été est ma saison préférée. Un moment de chaleur empli de couleurs et saveurs. Mais aussi, un moment de fêtes et de célébrations.

Le 20 décembre est journée symbolique, fériée, hommage à nos ancêtres esclaves qui ont un jour, pour vivre ou survivre, posé un genou à terre et sacrifié leur vie à leurs “maîtres”. C’est la Fête Kaf qui nous rappelle ce passé douloureux dont nous sommes un peu aujourd’hui la mémoire vivante.

Le soir de Noël, comme en de nombreux endroits de la Terre, est un moment de recentrage sur la cellule familiale mais, avec, comme pour le Nouvel An, des traditions bien particulières : ballots de letchis, pétards, lanternes chinoises et feux d’artifices à minuit qui illuminent le ciel durant quelques minutes magiques à nos regards d’enfants.

Ton paysage, Les Hauts et Les Bas

Et puis, si tu as été élue récemment l’une des plus belles Îles de la Terre, c’est que tout est majestueux chez toi?

Tu possèdes l’un des volcans les plus actifs de la planète, le Piton de la Fournaise, dont les paysages pourraient servir à des tournages de films comme la Guerre des Etoiles, tant l’on semble se croire sur la Lune, Mars, ou bien plus loin encore dans la galaxie. J’ai eu la chance là-haut, sans mentir, d’y modeler le premier bonhomme de neige de mon enfance. Entre le Piton des Neiges qui culmine à 3100 mètres d’altitude et ta région côtière, il existe une telle diversité de paysages que tu sembles résumer en un si petit territoire tant d’étendues terrestres où chacun peut poser son regard et ses rêves, quand ce n’est ses valises.

Dans les Hauts, trois cirques d’effondrement volcanique fascinent par leur vertigineuse beauté: Mafate, Cilaos et Salazie. Les montagnes au caractère si singulier donnent l’impression d’avoir été découpées au sabre. Elles sont royaume pour les amoureux de la nature, contemplatifs ou sportifs. Sommets, ravines et rivières portent des noms qui stimulent l’imaginaire et invitent aux rêves.

Dans Les Bas, ta côte, façonnée par les coulées de laves, les usures du temps, colonisée par une végétation souvent endémique et luxuriante permet de retrouver les “anses refuges” des corsaires et pirates qui essaimaient les mers et nos mémoires. Tes plages, tes lagons et tes vagues savent rendre heureux plus d’un aujourd’hui.

Avec toi, chaque jour un lieu différent, chaque jour un jour voyage.

Je porte dans mon cœur La Réunion et le Québec

En Août 2013, je t’ai quitté.

Je suis si heureuse d’être née chez toi même si souvent j’ai le vague à l’âme de toi, exacerbé en périodes de fêtes.

Ma vie au Québec est agréable, je l’avoue, faite de nouvelles découvertes, de nouveaux horizons, de nouvelles rencontres.  Mais, chaque année, quand l’automne arrive, j’ai toujours une tendre pensée pour tes flamboyants qui me rappellent que La Réunion et le Québec ont un point commun: des arbres s’enflamment. Sauf qu’ici, au-dessus du Tropique du Cancer c’est l’automne alors que les flamboyants annoncent l’arrivée de l’été dans notre petite île dans l’Océan Indien.

Mon Île… je t’aime. Comme on dit chez nous : « Mi aime aou » !

Découvrez les escales de la Grande Dictée !

Merci pour ces belles photos Margot Valatchy. Retrouvez ses photos : ici

ÊTES-VOUS SUR PINTEREST ?

l'ile de la Réunion

Ces articles pourraient vous plaire ♡

1 Petit mot

  • Reply
    VOLIA
    22 janvier 2019 at 02:09

    Magnifique blog! continues de nous faire voyager! bisous

  • Laisser un petit mot

    Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d bloggers like this: